Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

           Résultats des élections législatives – 1er tour à Joinville-le-Pont.

                 

                                                      8ème circonscription du Val-de-Marne

 

inscrits : 11 994I.

                                             

Votants : 6 934

Soit un taux de participation de : 57,81 %

Bulletins nuls : 72

Soit………..1,04 % des votants.

Exprimés :   6 862

 

 

                                                Ont obtenu :

 

Mme Anne Ginieis (DLR)……………...68  voix…soit 0,99 %

M. Bila Traoré (NPA)…………………..21   voix…soit 0,31 %

Mme Pierrette Gracieux (FN)…………..568  voix...soit 8,28 %

Mme M-A Bertin (EELV)………………292   voix…soit 4,26 %

M Michel Herbillon ( DR)………………2 457  voix...soit  35,81 %

Mme M-H Adelis (AEI)……….. .............31   voix...soit 0, 45 %

Mme Patricia Richard (PS) ….................2 621  voix...soit 38,20 %

M. Grégoire Coustenoble (CNI-MPF)  ….14 voix…soit 0,20 %

M. J-F King ( LO) ………………………..35 voix…soit 0,51 %

M. Arthur Riedacker (MRC)……………...50 voix…soit 0,73 %

Mme Nicole Martin (Modem)…………….190 voix...soit 2,77 %

Mme Fatima Sénéchal-Hamami (FG)…….450 voix… soit 6,56 %

Mme Liliane Sujanszky (MHAN)…………..65 voix…soit 0,95 %

 

En attente, les résultats de Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Charenton le Pont.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Val-de-Marne

 

A J-4 du premier tour des élections législati ves, un débat politique est organisé  sur le « ring »  du  centre  Olivier Messiaen, 4 rue Proudhon à Champigny /sur/ Marne (94) avec « à  droite » un poids lourd du département M. Gilles Carrez  Maire UMP du Perreux sur Marne, Député sortant et candidat à sa réélection dans la 5ème1-1-CARREZ-Gilles.jpg circonscription du Val-de-Marne  ( Une partie de Champigny, Nogent-sur-Marne, Le Perreux et Bry-sur-Marne) et, « à  gau2-Dominique-Adenot.jpgche », un poids plume, candidat du Front de gauche, M. Dominique Adenot maire communiste de Champigny,

 

Ils débattront sur un des sujets essentiels des enjeux de ces législatives : Quels choix de société ?

 

 Le débat sera animé par un journaliste de Libération M. Christophe Alix, dont « l’impartialité » est connue de tous….

 

Jeudi 7 juin à 20 heures.

Centre Olivier Messiaen

Champigny sur Marne (94)

Entrée libre.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

Vaudeville entre « camarades » sur l’Ile Fanac, révélé par un article du Parisien le mercredi 30 mai : Mme Pétronilla Comlan, conseillère régionale PS de Joinville-le-pont, a souhaité acheter la maison de Madame Aline Baldinger, figure reconnue du PS joinvillais puisqu’elle a été candidate aux dernières élections cantonales. Madame Baldinger a permis à la famille Comlan d’investir les lieux avant la conclusion de la vente. Une confiance imprudente : chèque sans provision,  prêt non obtenu, travaux sans autorisation. On n’est jamais trahi que par les siens !

 

« Pas de commentaire, il n’y a rien à voir » voilà le message que souhaiterait faire passer M. Benoît WILLOT sur son blog, à propos de ce qu’il appelle lui-même « l’affaire Fanac ». Il est vrai que cette affaire n’est en fait que l’histoire somme toute assez banale d’une vente immobilière qui ne se fait pas et d’une maison qui se transforme en conséquence en « squat ». La justice décidera bientôt de qui est dans son droit…

 

Cette affaire serait restée anonyme si ses deux principaux protagonistes n’étaient pas deux personnalités de la section joinvillaise du parti socialiste. Si bien entendu la section locale du PS n’est pour rien dans ce dossier, on s’étonnera tout de même qu’une élue de la République se permette de réaliser des travaux sans respecter les règles d’urbanisme en vigueur… Les valeurs et la morale prônées par un parti normal ne trouvent pas toujours un écho dans la vie de tous les jours…

Voir les commentaires

Publié le par candidus.

Elle était plus ou moins pressentie pour  être tête de liste socialiste sur Joinville-le-Pont  aux prochaines élections municipales…  

La conseillère régionale socialiste Pétronilla Comlan-Gomez aurait-elle abusée de la gentillesse un peu naïve de sa « camarade » de parti  Mme Aline Baldinger, propriétaire d’un pavillon en l’île fanac où  se serait installée illégalement  la conseillère régionale ?????

Selon le Parisien val-de-marne du 30 mai 2012 , « aucun centime n’aurait été versé malgré un compromis de vente signé le 14 octobre 2011 »

Cerise sur le gâteau, l’élue socialiste aurait engagée des travaux sans autorisation notamment auprès de l’architecte des bâtiments de France alors que le pavillon est classé.

Le tribunal de Créteil saisi de l’affaire devrait prononcer son verdict le 26 juin prochain.

Pour en savoir plus :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/une-conseillere-regionale-accusee-de-squat-30-05-2012-2023668.php

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Vie Locale

 Conseil municipal ce mardi 22 Mai 2012 à partir de 20 h 30 en mairie. Cette réunion sera présidée par le Député-maire M. Olivier Dosne .

28 points sont à l'ordre du jour, dont : 

Approbation des comptes de gestion 2011 (exercice 2012)  des budgets, principal, d'assainissement; du cinéma, de l'office du tourisme, du port de plaisance.

Approbation également du compte administratif 2011 (exercice 2012) des comptes principal, d'assainissement , etc;;;etc;;;

Attribution de subvention aux association : " Joinville leader club " , " ACPJ " , " citoyen du monde" , " Joinville hand ball "

Vote d'une autorisation donnée au maire  " de déposer un permis de construire pour la construction ' tant attendue " d'un équipement culturel dédié à la danse " situé au 39 avenue gallieni.

Acquisition de parcelles Avenue Charles Floquet. promesse de vente .

Attibution d'une aide financière de la commune à un " projet jeunes " , " projet culturel à Montréal " .

Questions diverses.

L'entrée est libre. Rappelons toutefois que le public n'est pas autorisé à intervenir dans les débats, ni de faire des commentaires dans leur barbe. Les bavards se reconnaitront.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

1-1-marche-tractage-005.jpgLa bataille des législatives a déjà commencé, mais depuis hier vendredi 18 mai 2012 ; les candidatures à déposer en Préfecture  sont terminées. Tant pis pour les retardataires !

Dans le Val-de-Marne, on ne compte pas moins de 144 candidats pour 11 sièges de députés à pourvoir.

Dans la 8 ème circonscription, celle qui nous intéresse en premier chef, comprenant les villes de Maisons-Alfort, Charenton-le-Pont, Saint-Maurice et Joinville-le-Pont, 13 prétendants à l’assemblée nationale vont solliciter nos suffrages au moins jusqu’au premier tour le 10 juin prochain.

Devant la multiplicité des candidats, le Député sortant Michel Herbillon (UMP)  semble le mieux placé pour l’emporter. C’est un élu expérimenté et écouté à l’assemblée nationale. Il est  présent sur le terrain, proche des gens et n’hésite pas à « mouiller la chemise » sur les marchés comme on l’a récemment vu à Joinville et comme on le verra encore.

Pour la France et contre l’immobilisme dispendieux, le vote utile dès le premier tour doit donc se porter ( c'est mon point de vue) sur Michel Herbillon pour une efficacité de proximité dans l’union, sans sectarisme.

 A l’écoute des gens, disponible il sera  Lundi 21 Mai à 20 Heures dans notre commune , en présence de notre Député-maire Olivier Dosne et du Sénateur Maire de Saint-Maurice Christian Cambon  pour répondre à toutes les questions qui vous tiennent à cœur sur des sujets locaux et nationaux.  la réunion publique  se déroulera dans le préau de l’école maternelle du centre, 1 avenue du Président Kennedy à Joinville.

 

Candidats déclarés dans la 8 ème circonscription (Maisons-Alfort, Charenton-le-Pont, Saint-Maurice et Joinville-le-Pont)

 

Anne Ginieis (Debout la république) droite souverainiste.

Bila Traoré    (Nouveau parti anticapitaliste) extrême gauche.

Pierrette Gracieux (Front national) Droite nationale.extrême droite.

Marie-Amélie Bertin (Europe écologie-les verts) extrême gauche

Michel Herbillon (UMP) Droite Républicaine

Marie-Hélène Adelis (La France en action) Alliance écologiste indépendante

Patricia Richard (PS) Gauche molle et sectaire

Grégoire Coustenoble (CNIP) indépendants et paysans.

Jean-François King (Lutte ouvrière) extrême gauche

Arthur Riedacker (MRC-FR) extrême gauche

Nicole Martin (MoDem) Parti centriste

Fatima Hamani Sénéchal (Front de gauche) gauche extrême

Liliane Sujanszky (Mhan) Mouvement Hommes, animaux, nature.

 

Pour ce maintenir au second tour il faudra que chaque candidat passe la barre des 12,5 % des inscrits.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Val-de-Marne

2-marche-tractage-006.jpgComme vous le savez certainement, suite à une recomposition administrative dans notre département, la 7ème circonscription du Val-de-Marne disparaît et Joinville se trouve rattachée à la 8ème circonscription aux côtés de Charenton le Pont, Saint-Maurice et Maisons –Alfort.

C’est pourquoi, ce week-end, pour le coup d’envoi de la campagne des législatives  vous avez pu rencontrer sur les marchés de notre commune (samedi, avenue Gallieni, dimanche  place du 8 Mai 1945) le candidat UMP de la circonscription Michel Herbillon, Député sortant. Il était  entouré de militants joinvillais et d’élus de la majorité municipale,  conscients de l’importance pour notre pays « mais aussi pour les villes de notre circonscription » des résultats de ce scrutin pour ne pas laisser à la gauche tous les pouvoirs « Il faut tout faire pour que notre pays garde la maîtrise de son destin, son indépendance et sa souveraineté » En démocratie, un seul parti, à fortiori lorsqu’il distille une idéologie sectaire et internationaliste ne doit pas concentrer tous les pouvoirs

 

 

1-01-Huit-Mai-2012-003.jpgNotre Député-Maire Olivier Dosne, (il est encore Député jusqu’au 17 juin au soir) également conscient des risques pour la France en cas de victoire de la gauche, soutient sans condition Michel Herbillon. Il co préside avec ses collègues de Saint Maurice (Christian Cambon)  et de Charenton (Jean-marie Brétillon) le comité de soutien qui comprend la totalité des élus des majorités de Charenton, Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Joinville-le-Pont.

Plus que jamais l’avenir de notre pays est entre nos mains, le 10 et 17 juin ne donnons pas tous les pouvoirs au parti socialiste et à ses alliés marxistes et extrémistes écolos-bobos.

 

 

 

Michel Herbillon succède à René Nectoux (UDF-démisssionnaire) à la tête de la mairie de Maisons-Alfort en 1992.

Il est élu Député pour la première fois en 1997. Il est réélu en 2002 et à nouveau reconduit en 2007 dans la 8 ème circonscription du Val-de-Marne

Il a été Conseiller général de 1989 à 1992 et de 1992 à 1998.

Sur son tract de campagne, il se dit actif, efficace, présent sur le terrain, à l’écoute de gens

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

1-Huit-Mai-2012-011.jpg2-Huit-Mai-2012-025.jpgLe 8 mai 1945, à 15h00, les cloches de toutes les églises sonnent officiellement la fin de la Seconde guerre mondiale tandis que le général de Gaulle en fait l'annonce radiophonique. La population laisse éclater sa joie. Le 8 mai après-midi et le 9 mai sont déclarés exceptionnellement fériés.Alors la foule envahit les rues, entonnant la "Marseillaise…c’est la fin d'un cauchemar, c’est la victoire de la France et des alliés  sur les forces du mal, sur la barbarie de l’Allemagne nazie.

Comme sur l’ensemble du territoire, Joinville-le-Pont a célébré ce 8 mai 2012 , dans la dignité et le recueillement le 67 ème anniversaire de la victoire en présence des élus dont le Député-Maire M. Olivier Dosne, des corps constitués , des anciens combattants, et de la population. En maître de cérémonie, M. Jean-Jacques Gressier Maire-Adjoint chargé des anciens combattants a présidé cette commémoration et a lu le message  de M. Marc Laffineur, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense et des anciens combattants M. Gérard Longuet. (…)

4-Huit-Mai-2012-044.jpg

 

 

"Le 8 mai 1945, c'est la fin du cauchemar, c’est  la Victoire.

En France, cette victoire est le fruit de l'effort, du courage,

du sacrifice de toutes celles et de tous ceux qui n'ont

jamais désespéré.  A l'instar du Général de Gaulle, tous

ont eu foi en notre pays, en sa capacité à mener le juste

combat contre tout ce que le XXème siècle connaissait de

plus absurde et de plus monstrueux.

Grâce à ces hommes et à ces femmes, différents par

leurs origines, leurs histoires, leurs cultures, mais réunis

par un idéal commun, la France a pu, après la guerre,

retrouver pleinement son rang dans le concert des

Nations.

Leur exemple a toujours valeur d'actualité. Car ils nous

ont prouvé ce qu'une Nation riche de son histoire, portée

par une même aspiration, unissant ses forces, est

capable de réaliser pour surmonter l'insurmontable".1-Huit-Mai-2012-007.jpg3-Huit-Mai-2012-048.jpg

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

Résultats du second tour de l’élection présidentielle à Joinville-le-Pont.

 

Inscrits : 11 999

Votants : 9 677

Nuls/ blancs : 432 soit 4,46% des votants

Exprimés : 9244

Taux de participation : 80, 65 %

 

Ont Obtenu :

 

François Hollande : 4811 voix soit, 52,04 %

Nicolas Sarkozy    : 4433  voix soit 47,96 %

 

378 voix séparent Nicolas Sarkozy de François Hollande.

 

Pour la France .

 

 

Selon les résultats partiels du ministère de l'Intérieur après dépouillement de plus de 90 % des bulletins, François Hollande est crédité de 51,56% des votes face à Nicolas Sarkozy  (48,41%).

 

Ce soir, j'ai mal à la France. François Hollande se déclare être le Président de tous les français , qu'il sache que tous les français ne se sont pas déclarés socialistes et que pour eux, le combat continue.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Politique

ReynaldSecher1.jpgUniversitaire, Docteur es lettres,titulaire d’un doctorat d’Etat de sciences historiques et politiques, écrivain spécialiste des guerres de Vendée, il a écrit de nombreux ouvrages richement documentés dont le dernier en date « Vendée, du génocide au mémoricide » ( éditions du cerf)  démontre preuves à l’appui, que le génocide vendéen « a bien été planifié , voté et mis en œuvre par les conventionnels et les membres du salut public ( dont Robespierre, le modèle de Mélenchon) , et que l’armée et l’administration n’ont fait qu’exécuter les ordres » ; Monsieur Reynald Secher car il s’agit de lui,  a accordé récemment une interview  au journal polonais « Nasz Dziennik » dans lequel , en historien responsable il analyse  l’actualité politique de notre pays  et explique en toute liberté  les raisons pour lesquelles il votera Nicolas Sarkozy le 6 mai prochain.

C’est avec son autorisation – et je l’en remercie – que je publie cette interview pour vous informer  des dangers qu’encourt notre pays avec les socialos-marxistes aux affaires.

 

 

 

 

Que pensez-vous du débat politique actuel en France ?
— Si vous permettez je vais réduire votre question au débat entre les deux candidats en lice, c’est-à-dire François Hollande et Nicolas Sarkozy. Contrairement à ce que la majorité des média, foncièrement de gauche, veut faire croire aux Français, il ne s’agit pas d’un banal duel entre deux hommes qui auraient des idées politiques relativement similaires. En ce sens Marine Le Pen, leader du Front national, et François Bayrou, leader du Modem, se trompent. François Hollande et Nicolas Sarkozy se réfèrent à des idéologies clairement exprimées et aisément déchiffrables si nous lisons avec attention leur programme. Le premier est un idéaliste imbibé d’idées marxisantes d’un autre temps, idées d’ailleurs exprimées avec violence et clarté par le Front de gauche et son leader Jean-Luc Mélenchon : c’est ce qui explique le ralliement sans condition de ce dernier à François Hollande. Quant à Nicolas Sarkozy, il se situe dans le sillage du libéralisme contrôlé mais de type conservateur.


Vous avez déclaré que la France était à la croisée des chemins. Que voulez-vous dire ?
— Ce n’est pas la première fois de son histoire qu’elle se trouve dans un tel cas à une nuance près : nous pouvons nous trouver dans une situation irréversible. Quelle société voulons-nous ? C’est la question que les Français doivent se poser. Malgré les apparences et ce que la pensée unique veut nous faire croire, c’est le débat de fond de la campagne électorale en cours. L’enjeu est de taille car il s’agit de notre avenir. Nous assistons depuis quelques années à un retour sur la scène politique des vieilles idées marxistes reprises en chœur par un certain nombre de candidats de gauche, y compris ceux qui pourraient apparaître comme modérés, voire mous comme François Hollande. Ils proposent, ni plus ni moins, une société collectiviste gérée par un Etat omnipuissant et omniscient dans lequel l’individu n’est rien sinon un élément sur lequel on a le droit de vie et de mort au nom d’un pseudo intérêt général. Ils rêvent encore à l’homme nouveau, dit de progrès, animé de l’idéal révolutionnaire. Son programme s’inscrit dans cette logique : nationalisation de l’esprit, nationalisation des vies, nationalisation des moyens de production, nationalisation de la richesse individuelle, redistribution tous azimuts…

Il s’agit, ni plus ni moins, de créer une société nouvelle, dite de progrès, celle à laquelle ces leaders d’opinion rêvent depuis la grande révolution de 1789 et que certains ont eu la chance de vivre comme les Soviétiques ou vivent encore comme les Chinois et les Cubains, comme l’expliquait Mme Mitterrand, grande admiratrice de son ami et héros Fidel Castro. Qu’importent les génocides de classe, les faillites économiques systématiques, les détresses généralisées ! Pour eux, Robespierre et Staline sont toujours les références, Mirabeau et Soljenitsyne, les traîtres. Ce modèle idéal passe par la mort de l’ancienne société vue, plus que jamais, comme obscurantiste.
A titre d’exemple : si ces politiques veulent sceller dans la Constitution la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, c’est qu’ils veulent qu’elle soit appliquée et surtout, à la lettre. La gauche française a toujours eu besoin pour se reproduire et se maintenir au pouvoir de boucs émissaires, de sang et à défaut de conflits préfabriqués qui se traduisent pour l’adversaire par son assassinat politique et social. Rappelons-nous 1793, 1905, 1936 et disons-le, 1981. C’est une de ses caractéristiques. Ses armes sont toujours les mêmes : la haine, la division, la manipulation, le fichage, l’ostracisme… Pour arriver à ses fins, elle n’a jamais hésité quant aux moyens. Les boucs émissaires sont déjà clairement ciblés : ce sont d’abord les riches, puis les catholiques, puis tous ceux qui prêchent la différence, notamment certains partis comme le Front national. Elle hait l’opposition, y compris les nuances au sein de son propre parti, et ce toujours au nom de la justice, de la laïcité, des droits de l’homme tels que la France les a codifiés.
Contrairement à ce que j’entends dire, ici et là, François Hollande appliquera à la lettre son programme, notamment parce qu’il y est poussé par ses alliés dont le Front de gauche, qui sont des révolutionnaires. La situation est différente de celle de 1981 en raison de la personnalité forte de François Mitterrand qui était plutôt conservateur, et un socialiste par opportunisme, un homme pragmatique, ce qui explique entre autres son recul face à la volonté de la gauche de nationaliser l’enseignement privé.
Quant à Nicolas Sarkozy, c’est aussi un pragmatique et un homme qui s’est toujours battu pour la liberté individuelle, qui a lutté en permanence contre le tout-Etat. Son action s’inscrit dans le blocage de cette spirale sans fin qui à terme peut s’avérer mortelle. Ses valeurs, clairement exprimées, sont le respect de la famille, du travail et de la nation. Même si son interprétation de la nation est discutable, car elle s’est traduite par une perte de souveraineté entre les mains de l’Europe, mais qui, en l’état, n’est pas irréversible.
Il a un très grand respect de la liberté, notamment de conscience, ce que ne peut tolérer la gauche qui est de nature totalitaire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’attaque si violemment aux catholiques et par voie de conséquence à l’Eglise qui reste un des seuls espaces de liberté et de réflexion parce qu’elle vit en fonction d’une fin.
Vous tirez le signal d’alarme !
— Oui, et ce au moins pour quatre raisons.

La première est liée à l’identité même de la France. Il y a deux ans, le président Sarkozy avait voulu un débat sur l’identité. Le thème a dû surprendre les Polonais parce qu’il ne se pose pas en Pologne. Chez nous, le problème est là en raison de l’importance de l’immigration et de l’effondrement de la natalité franco-française. La gauche qui lui est favorable pour des raisons idéologiques et bassement politiques a dénigré, voire conspué le débat. Je crois pourtant qu’il était nécessaire. Bon nombre de définitions de l’identité ont été données à cette occasion. Une, très simple car synthétique, doit être retenue. Elle se résume à quelques mots : savoir d’où nous venons ; savoir qui nous sommes ; savoir où nous voulons aller ensemble.
La gauche française qui vomit sur la nation et encore plus sur la patrie, la terre des pères, rêve d’une société multiculturelle, sans racine et bien entendu sans avenir commun qu’elle pourra ainsi manipuler à sa guise. Déjà, avec la complicité du monde enseignant, largement ancré à gauche, elle est en train d’œuvrer dans ce sens, par étapes afin de ne pas susciter de remous. Par exemple, elle a réussi depuis longtemps à imposer ce que j’appelle la méthode globale en histoire, c’est-à-dire son apprentissage non pas par la chronologie mais par thèmes.

L’année dernière, la pression d’un appareil totalitaire de gauche – toujours au pouvoir dans l’Education nationale et sans opposition – a fait retirer des programmes tous les hommes qui ont été parmi les principaux bâtisseurs de cette histoire comme Clovis, Charlemagne, Hugues Capet, Saint Louis, Louis XIV et même Napoléon Bonaparte. Cette année, son enseignement n’est plus dispensé en terminale S, et à terme il sera déprogrammé en terminale. Gageons que dans un avenir plus ou moins proche, toujours sous la pression totalitaire de la gauche, elle deviendra une matière facultative, voire non enseignée. C’est déjà le cas dans le cadre du concours d’entrée en Sciences politiques qui n’a plus d’examen sur la culture générale, dont l’histoire. Afin de préparer un enseignement multiculturel, on commence à enseigner l’histoire de tribus africaines au nom, bien entendu de l’universalité. En déracinant les élèves, on les coupe de leur passé et on les projette dans un monde virtuel, sans référence et bien entendu sans repère. Lobotomisés, ils deviennent ainsi des hommes sans passé, donc sans avenir et donc manipulables à souhait. Toute la politique de la gauche s’inscrit dans cette logique et c’est pour cette raison qu’elle veut donner la nationalité sans réserve aux immigrés et le droit de vote. A terme, la gauche est en train de mettre en place le communautarisme avec toutes les conséquences que l’on connaît et la libanisation de la France. Avec la gauche au pouvoir, on va voir s’accélérer ce mouvement, et il deviendra irréversible, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

La seconde est liée au respect de la vie. L’IVG est en France utilisée majoritairement comme un moyen de contraception qui se traduit par plus de 220 000 avortements annuels pour environ 830 000 naissances. C’est un fait objectif qui doit nous faire réfléchir et qui doit inciter à rechercher ensemble des solutions autres et des politiques de substitution et d’accompagnement. Non seulement la gauche est hostile à cette idée mais elle veut légaliser l’euthanasie : c’est inacceptable par principe.

La troisième est liée à la liberté au sens large du terme. Il est clair que la gauche qui proclame à qui veut l’entendre son amour des droits de l’homme, et donc de la liberté, en a une définition très particulière et très restrictive. Sa campagne dans ce sens a été caricaturale, notamment de la part du leader du Front de gauche qui n’hésitait pas à rappeler les bienfaits de la Terreur, ce que l’on peut, à juste titre, considérer comme un appel au meurtre de ceux qu’ils considèrent indésirables car pensant autrement, tandis que François Hollande proclamait que s’il était élu il épurerait tous les hauts fonctionnaires et les ambassadeurs qui ne pensent pas comme lui ce qui, un comble !, n’a choqué personne. Ces propos sont loin d’être anodins et font peur car, par expérience, je connais cette gauche intolérante qui de surcroît s’arrange toujours pour rendre responsables ses victimes du mal qu’elle leur fait.

Si cette gauche gagne la présidentielle, dans la foulée, elle gagnera les législatives ce qui veut dire que non seulement elle gérera seule le pouvoir exécutif, législatif et on peut le dire, judiciaire, mais en plus elle détient largement la majorité des collectivités locales et territoriales, sans oublier les médias qui lui sont majoritairement inféodés, de même que le monde qui diffuse le savoir : en clair il n’y aura plus en France aucun contre-pouvoir structuré et enraciné. Croyez-moi, très rapidement elle va imposer une chape de plomb et bon nombre de libertés vont disparaître, ou seront contrecarrées notamment au niveau de l’enseignement, des médias, des partis. Vous comprenez dès lors pourquoi je suis effrayé par une telle situation d’autant que, je le répète, la gauche française est de nature totalitaire et en conséquence d’une intolérance que nous ne pouvons plus imaginer car nous la croyons d’un autre temps. On s’imagine que l’inimaginable n’est plus possible. En tant qu’historien, j’affirme l’inverse.

Reste aussi le problème du contexte que dénie la gauche. Nous sommes à l’heure actuelle dans une crise majeure, notamment économique, dans un contexte global. Alors même que nous devons œuvrer ensemble pour y faire face, afin d’éviter d’être emportés comme la Grèce, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie et le Portugal…, la gauche non seulement n’en parle pas mais tient exclusivement un débat franco-français avec une problématique révolutionnaire. Le choix comme candidat de la gauche d’un homme comme François Hollande imbibé d’idéologie d’un autre temps est plus que symbolique. Outre l’incompétence notoire de ce politique dénoncée en son temps par ses proches, il n’a absolument aucune expérience gouvernementale, que ce soit nationale ou internationale.

Vous voterez ?
— Plus que jamais.
 Sarkozy ?

Sarkozy. Les circonstances le commandent. Je suis pour la liberté. J’ai toujours lutté contre le collectivisme et le totalitarisme de tout horizon. Je sais ce qu’est notre gauche et ce dont elle est capable : j’en ai souffert dans ma chair et dans mon esprit.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog