Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #Politique

 Inscrire la "règle d'or" dans la Constitution, c'est protéger les générations futures de la dette et renforcer la crédibilité budgétaire de la France, et en réalité, sa souveraineté, dixit,.le Président de la République, M. Nicolas Sarkozy,

Quant aux socialistes, tout est bon pour fuir leurs responsabilités. Ils sont tous contre et s’enferment dans des arguments futiles qui ne tiennent pas la route, « on ne veut pas être à la remorque de Nicolas Sarkozy », « c’est un piège à cons tendu par l’Elysée », « c’est un artifice électoral », « c’est un gadget de plus », « Sarkozy est un pompier pyromane », etc.…

En vérité, ce projet de loi constitutionnelle, voté en juillet par le Parlement, instaure une règle simple et intangible : tous les Gouvernements seront désormais obligés de s'engager sur une date de retour à l'équilibre et de soumettre au Parlement des lois-cadres d'équilibre des finances publiques, qui définiront, pour au moins trois années, les plafonds de dépenses publiques et un effort minimal de recettes supplémentaires nécessaires pour atteindre cet objectif..

Ce projet de loi doit maintenant être adopté définitivement par le Congrès, qui doit rassembler trois cinquième des suffrages exprimés,

Or, compte tenu du refus des socialistes d’approuver ce projet de loi, le Président de la République hésite à convoquer le congrès tout en assurant qu’il n’était pas question pour lui de faire marche arrière.

 En refusant de voter cette règle d’or, (qui ne vient pas d’eux), ils apparaissent à juste titre aux yeux de l’opinion comme étant de « dangereux irresponsables » qui ne souhaitent pas protéger les générations futures de la dette, aujourd’hui estimée à environ 1647 milliards d’euros (chiffres du premier trimestre 2011). C’est risqué, c’est attendre je ne sais quel miracle, et c’est se moquer royalement des intérêts vitaux de notre pays….alors que l’Espagne socialiste vient de l'adopter.

 

 

 

 

Commenter cet article

Genevieve94340 17/09/2011 16:12


Pourriez-vous rappeler quel était le déficit budgétaire de la France (en milliards, et en pourcentage du PIB) quand Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République, et ce qu'il est maintenant
?
Sachant que la Cour des Comptes a bien expliqué que la majorité de l'augmentation du déficit n'était pas liée à la crise financière, mais à la mauvaise gestion ?
"Faites ce que je dis, pas ce que je fais"...
Un peu trop facile !...
Serais-je censurée ?
Cela, vous savez bien le faire !


Articles récents

Hébergé par Overblog