Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #Histoire.

 

Le 70 ème anniversaire de l’appel  à poursuivre la lutte lancé par le Général de Gaulle le 18 juin 1940, sera célébré à Joinville-le-Pont vendredi 18 juin 2010 en fin de journée, Parvis de l’Hôtel-de-Ville.

 

general-De-Gaulle-2.jpg« Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas ». Extrait de l’appel lancé le 18 juin 1940 par le Général de Gaulle depuis Londres qu’il avait rejoint alors que Pétain demandait l’armistice et collaborait avec les nazis soi-disant pour sauver la France « je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur… » Tu parles ! Nos parents et nos grands-parents peuvent témoigner aujourd’hui de ce qui l’advint de notre pays pendant la « révolution nationale ».

 

Cet appel à la résistance française lancé sur les ondes de la BBC par Charles de gaulle n’eut guère d’écho sur le moment. Seuls les pêcheurs de l’Ile de Sein, quelques personnalités comme le général Catroux, René Cassin, et des anonymes  comme Yves Guéna, Pierre Dac, Daniel Cordier etc.….vinrent le rejoindre et constituèrent ainsi les premiers bataillons des forces de la France libre. Des pans entiers de l’empire français se rallièrent ensuite au Général….Ainsi, peu à peu, la France libre imposait sa présence, même modeste , sur le terrain militaire. (Lucien Bély).

De gaulle a fait l’histoire, De gaulle c’est l’histoire. D’où souvent sujet à discussions.

 

Alors comment ne pas être indigné lorsque  des  professeurs de lettres syndiqués à gauche  sont  scandalisés par la décision prise par l’éducation nationale de porter au programme des élèves de terminale le tome III des « Mémoires de Guerre »sous le prétexte fallacieux que De Gaulle ne serait pas un écrivain. L’ont-ils seulement lu ?...Auraient-ils protestés si « Le coup d’état permanent » écrit par François Mitterrand avait été inscrit au programme ? Et puis est-il du ressort des fonctionnaires- professeurs  fussent-ils syndiqués de décider des programmes à étudier.  Vaste problème qu’il faudra bien résoudre un jour si on veut réformer, dans l’intérêt de nos enfants,  l’éducation nationale.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog