Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #Histoire.

                         Mobilisation 14/18

 

Par René Dennilauler, Vice-président de l'association " la mémoire au présent " , historien local.

 

Comment se passa cette mobilisation à Joinville ?

 

garance-pantalon.jpgLa France avait besoin de 3 millions de soldats c’est-à-dire de toute la Réserve ainsi que des classes territoriales de 93 et de 94. Si l’on admet que l’espérance de vie d’un homme à cette époque était de 50 ans,  pratiquement tous les hommes valides étaient mobilisables.

Nombreuses étaient les usines à Joinville : Jougla-Lumiere, Pathé-cinéma, Bi-métal, Cartonnerie, les Eaux, les écuries…..Les hommes valides mobilisés furent donc remplacés par des femmes.

Rassemblées dans la gare de marchandises de Joinville où attendait un train.

Les épouses, les mères avec leurs enfants se pressaient autour des wagons pour un dernier adieu et pour un prompt retour car « la guerre n’allait pas durer longtemps ! »

Le train prit la direction du Fort Neuf à Vincennes, en passant par le carrefour de Beauté et la Cartoucherie - les rails de cette ligne étaient encore visibles  en 1995. -

Dans les casernes on distribua les fameux pantalons rouges garance.

Après la révolte paysanne de Béziers, il ne fallait surtout pas mettre nos cultivateurs de garance en avignonnais au chômage ! De plus, la garance était fabriquée synthétiquement sous le nom d’alizarine, à Mulhouse, c’est-à-dire en Allemagne …..

Ce rouge trop voyant sera remplacé par le « Bleu Horizon » à la fin 1915. Ainsi la tenue de nos  poilus pouvait se confondre avec le  bleu du ciel ! 

Mais nos casernes  n’avaient pas de casques pour nos mobilisés « la guerre serait vite terminée »

Tout se passa dans l’ordre, avec la fleur au fusil. sans oublier la fameuse baïonnette au canon « chère au Secrétaire d’État Maginot » car l’honneur d’un soldat français consistait à se battre au corps à corps…. alors que les prussiens avaient misé sur leurs nouveaux canons rayés en acier des usines Krupp….et sur les nouvelles mitrailleuses portatives….….

L’escrime était encore toujours à l’honneur dans notre Ecole Normale de Gymnastique et d’Escrime de Joinville ! qui fermera ses portes pendant toute la durée de la guerre.

René Dennilauler.poilus.jpg

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog