Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

 

DSC04011.JPGLors du conseil municipal du 2 Mars 2009, le maire de Joinville-le-Pont, M. Olivier Dosne s’était engagé à honorer la mémoire de M. Robert Deloche, maire de Joinville de 1945 à 1953 et libérateur de la ville avec les FFI de la zone Paris-Est, le 25 Août 1944.

Cet engagement a été tenu dans le cadre de la cérémonie organisée dimanche 5 septembre à l’occasion du 66 ème anniversaire de la libération de Joinville.

En présence du Président du Conseil Général du Val-de-Marne M. Christian Favier, du fils de Robert Deloche, M. Guy Deloche et des élus Joinvillais, M. Olivier Dosne a procédé au baptême du pont – qui enjambe la RN4 près du RER -  en dévoilant la plaque qui honore la mémoire d’un homme de « convictions et d’engagements », comme l’a rappelé Olivier Dosne.

 

« Homme de convictions, Robert DELOCHE l’a été dès sa jeunesse, en mettant rapidement ses talents au service du quotidien l’Humanité puis des instances du Parti communiste.

 

Militant actif à Champigny et à Joinville dans les années 30, il prendra ensuite de hautes responsabilités au sein de la section coloniale du Parti en 1936, puis au sein du bureau du Parti communiste algérien en 1937. Après la guerre, il sera Secrétaire de la région Paris-Est au PCF. Il restera toute sa vie fidèle à son idéal politique, même au temps douloureux de son exclusion, prononcée en 1953. Sa réintégration par Georges MARCHAIS en 1975, après une traversée du désert de 22 ans qui n’aura pas ébranlé ses opinions, sera pour lui une grande fierté.

 

Homme d’engagement, Robert DELOCHE l’a été au nom de ses convictions mais aussi au nom de sa passion pour Joinville.

 

En 1935, alors qu’il n’a que 26 ans, il mène la liste communiste aux élections municipales et devient élu de notre ville. L’année suivante, il se présente également aux élections législatives mais se désiste au second tour.

 

La force de son engagement se révèle dans son action pour la Résistance, qui a été une période très riche de sa vie.

 

C’est en effet une évidence pour lui, dès juin 1940, de reprendre le combat contre l’occupant. Il entrera en conséquence dans la clandestinité en juillet 1942. A la Libération, il est commandant des Forces Françaises de l’Intérieur et responsable de la région Paris Est.

 

C’est à ce titre que, après 5 jours de violents combats, avec le Comité de Libération de Joinville dont il est à la tête, il chasse la municipalité nommée par le gouvernement de Vichy en 1942 et occupe la Mairie. Robert DELOCHE sera décoré de la Croix de guerre pour son engagement et son action dans la Résistance.

 

Elu Maire de Joinville en octobre 1945, il œuvrera alors avec enthousiasme pour sa ville jusqu’en 1953 : c’est lui qui a l’idée de relancer l’activité économique liée aux courses en obtenant du Général de Gaulle qu’il déplace les troupes américaines stationnées sur l’Hippodrome de Vincennes afin que les courses hippiques puissent reprendre et que Joinville profite à nouveau de leurs retombées économiques. (Il est aussi à l’origine de la construction du stade de Joinville, qui porta son nom avant d’être renommé JP Garchery par l’équipe Aubry. NDLR).

 

Homme de grande proximité avec les Joinvillais et en empathie avec leurs souffrances d’après-guerre, il mènera une politique sociale très active et développera les actions en faveur de la jeunesse, en lançant notamment les colonies de vacances au Château de Brézé.

 

Son mandat joinvillais sera doublé d’un engagement départemental puisque que Robert DELOCHE sera nommé Conseiller général de Saint Maur des Fossés en 1945 puis élu conseiller du premier secteur de la Seine de 1945 à 1951.

 

Après son exclusion du Parti en 1953 et son retrait de ses différents mandats, il partira en Algérie, où il restera jusqu’en 1971, date à laquelle il prendra sa retraite dans le midi de la France. »

En conclusion de cet hommage, M. Dosne a évoqué l’homme « d’une grande proximité et d’une grande humanité » (…) «  Qui a marqué l’histoire de Joinville et dont la force de caractère est restée profondément ancrée dans la mémoire des Joinvillais qui l’ont connu, alors qu’il n’a finalement présidé que peu de temps aux destinées de la commune ». 

 

 

                                                       Une loyale reconnaissance

 

 

 Joinville est donc reconnaissante à Robert DELOCHE pour son action au service de la cité, menée tout au long d’une existence riche et exaltante ».

. La plaque, qui attribue le nom de Robert DELOCHE au pont  sera prochainement complétée par la pose d’un totem historique, premier d’une série que Le maire M. Dosne souhaite voir installer dans notre ville «  pour témoigner de ses lieux d’histoire et des Joinvillais qui l’ont écrite ».

M. Guy Deloche Très ému a apprécié l’hommage rendu à son père et en a remercié chaleureusement la municipalité et le maire M. Dosne en particulier.DSC04012.JPG

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog