Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

Dimanche 24 avril 2011 Journée Nationale du souvenir des victimes et héros de la Déportation à Joinville-le-Pont.

 

La cérémonie aura lieu au cimetière de la commune à 10 h 30 , en présence des élus ,de la population, des anciens combattants et des membres de l’association des Déportés et internés, Résistants et Patriotes de Joinville.

 

Rappel de ce que fut la déportation en France….pour ne pas oublier.

 

Avec l'armistice de juin 1940, la France entre dans la sphère du Reich. Les prémices de la déportation sont mises en place par Vichy avant la demande allemande. Dès 1940, deux lois, « portant statut des juifs », excluent les Juifs de la fonction publique et de certaines professions libérales et prévoient que « les ressortissants étrangers de race juive (.) pourront être internés dans des camps spéciaux ». En mars 1941, un Commissariat général aux questions juives est créé et met en place l' « aryanisation » des biens juifs. En zone Nord, occupée, les juifs doivent porter une étoile jaune dans les lieux publics. Dans les deux zones, tous les juifs sont recensés. La communauté juive vivant en France se composait, en juin 1940, d'environ 350 000 personnes, dont la moitié étaient étrangères.

Le camp de Drancy, « haut lieu » de la déportation est ouvert en août 1941 pour y interner d'abord les juifs étrangers destinés à la déportation, afin de les remettre aux autorités allemandes. Le 27 mars 1942, le premier convoi de déportation, organisé par les Allemands, quitte Drancy avec 1 100 personnes en direction d'Auschwitz. La déportation se poursuit avec les rafles du Vél d'Hiv et celles de la zone Sud. Au total, 76 000 juifs de France, dont 11.000 enfants, sont morts en déportation et 3 % d'entre eux seulement sont revenus des camps.

Le camp de Natzwiller-Struthof est le seul camp de déportation et de concentration que les Allemands aient installé. Ce lieu de déportation est situé en Alsace, alors annexée. Le Struthof a vu défiler 46 000 personnes envoyées en déportation : 22 000 décéderont.

Le camp de Drancy, d'où s'ébranlèrent 67 convois, servait souvent de transit vers Auschwitz. Drancy est alors surnommé "l'antichambre de la mort". Le dernier convoi de déportation part le 17 août 1944.

La déportation « politique »
Le décret "Nuit et Brouillard"du 7 décembre 1941, vise la Résistance et l'opposition politique. Il autorise la déportation en Allemagne de toute personne présumée coupable de crimes contre le Reich ou contre les territoires d'occupation.
85 000 personnes sont parties en déportation de France, dont 10 % de femmes. Résistants, activistes politiques, otages, tziganes, sur 85 000 déportés « politiques », 60 % en sont revenus vivants à la Libération.

Source : chemins de mémoire

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog