Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #Mémoire

 

La guerre Franco-Prussienne de 1870 se termina par une défaite française qui eut pour conséquences la chute du Second Empire français et de l'empereur Napoléon III et la proclamation de la troisième république mais aussi la perte du territoire français de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine.

Le passage de la Marne à Joinville-le-Pont le 30 novembre 1870. (l'Illustration du 10 décembre 1870).

Collection ; © La mémoire au Présent.

Il y a 150 ans, le 30 novembre 1870, les troupes françaises, commandés par le général Ducrot passent la Marne à Joinville-le-Pont (mais aussi à Nogent et Bry ) . selon les chroniqueurs de l'époque, "le temps est froid , l'air est vif et le soleil brille". Près de 60 000 hommes se lancent à l'assaut des positions ennemies. Après une bataille d'envergure, ils enlèvent aux prussiens, dans la matinée, des positions stratégiques. Mais, la retraite des saxons et des Wurtembergeois s'effectue en bon ordre.

                                                                Le général Ducrot (1817- 1882)

Le 2 décembre, par une température de -10° , les allemands attaquent en force et obligent les troupes françaises harassées à battre en retraite. Les français parviennent toutefois à reprendre leurs positions grâce à des troupes fraîches emmenées par le général Ducrot ( qui avait installé son QG au château de Poulangis ). L'heure de la retraite a sonné. Au petit matin du 3 décembre par un froid glacial , le général Ducrot décide de repasser la Marne sans en référer au général Trochu dont il connaît d'avance le désaccord.

Bataille de Champigny ; La dernière charge de Zouaves et de Mobiles. collection ;©La mémoire au Présent )

En trois jours les pertes de l'armée française sont estimées à près de neuf mille hommes dont quatre cents officiers parmi lesquels figurent les généraux Renault et Ladreit de la Charrière. Prussiens, Saxons et Wurtembergeois auraient perdu près de six mille hommes.

La capitale Paris, encerclée, (dont les habitants souffrent de la faim et meurent de maladies) comptait sur une victoire française . Après cet échec, la capitulation est inévitable . La capitale se rend le 28 janvier 1871.et le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin à la guerre. La France doit abandonner l'Alsace et une partie de la Lorraine et verser une indemnité de 5 milliards de Francs or à l'empire allemand.

Forts de cette victoire , les états allemands se sont « mariés » au sein d'un empire allemand proclamé au château de Versailles le 18 janvier 1871.

Rappelons qu'ils ont également occupé Paris quelques jours en mars 1871. Paris humiliée, Paris outragée .

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Mémoire
Joinville-le-Pont . Commémoration de l'armistice du 11 Novembre 1918 : Compte tenu du contexte sanitaire, la cérémonie  se tiendra en comité restreint sans les joinvillais...;
Mme Hélène Decotignie.

Mercredi 11 novembre 2020, 102 ème anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918. Une cérémonie se déroulera à Joinville-le-Pont e, présence d'un minimum de personnes et sans les anciens combattants, les porte-drapeaux et les joinvillais. La cérémonie sera diligentée par Mme Hélène Decotignie, conseillère municipale déléguée au devoir de mémoire.

Sans compter les employés de l'usine Pathé morts pour la France lors de la première guerre mondiale, 368 joinvillais sont morts au champ d'honneur "pour la France " selon la formule consacrée. 

Petit rappel historique

Le 11 novembre 1918 à 11 heures du matin, le clairon sonnait " Cessez le feu " . Après un cauchemar de plus de quatre années, c'était la fin de la guerre, et c'était la victoire. A Paris, à Joinville-le-Pont et dans toutes les villes de France et de Navarre, l'enthousiasme fut du délire, selon les chroniqueurs de l'époque ; " Les gens s'embrassaient dans les rues, on acclamait les soldats alliés, on chantait "La Madelon " et "La Marseillaise ", bref on était heureux. On avait bouté hors de France les boches sans ménagement ". 

La "Grande guerre" avait coûté à la France plus d'un million et demi de vies humaines et un nombre énorme de blessés et de malades qui pour certains allaient rester infirmes toute leur vie.

L'armistice a été signée à 5 h 15 du matin , ce 11 novembre 1918 dans un wagon stationné dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne (Oise)    réquisitionné par l'armée française et transformé en bureau de commandement du chef des armées alliées Ferdinand Foch. La délégation allemande était conduite par un civil M. Matthias Erzberger.

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Vie Locale

M.Olivier Dosne Maire de Joinville-le-Pont, Conseiller Régional d’Île-de-France, Mme Hélène Decotignie, Conseillère municipale déléguée au devoir de mémoire, informent qu'en raison des nouvelles directives gouvernementales liées à la « pandémie COVID-19 » , les cérémonies commémoratives des Lundi 9 novembre 2020  ; 50ème anniversaire de la mort du Général de Gaulle et, mercredi 11 novembre 2020 : 102ème commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, se dérouleront en petit comité , sans la présence des associations des anciens combattants, des porte-drapeaux, et sans la participation des joinvillais . Les dépôts de gerbes seront assurés par des membres du conseil municipal.

50ème anniversaire de la disparition du Général de Gaulle. (1890-1970)

Un immense personnage étend son ombre sur la France millénaire. Ce  9 novembre 1970 , le général de Gaulle (il allait avoir 80 ans ) a rejoint dans la nuit de l'histoire le cortège des géants , peu nombreux , il faut bien le dire.

Le général de Gaulle a inspiré toutes les passions, tous les attachements mais aussi toutes les haines.

Depuis le 9 novembre 1991, son image, immortalisée en bronze par le sculpteur suédois Gudmar Olovson (1936-2017) veille sur Joinville-le-Pont depuis le Parvis de la Mairie.

Puisse cette initiative, entretenue depuis, servir à perpétuer l'image de l'homme d’État qu'était de Gaulle dont la stature inhabituelle et le « goût des tempêtes » excluaient qu'il suscitât des sentiments ordinaires. Avec sa passion de la France, pour la France, il a marqué le XXème siècle,

Que l'on s'en félicite ou pas, Charles-de-Gaulle appartient au patrimoine de la Nation au même titre que ceux qui ont marqué de leur empreinte l'histoire de notre pays : La France .

De Gaulle c'est l'Histoire !

 

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog