Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
candidus infos joinville

candidus infos joinville

Information, réflexions diverses et variées sur l'actualité à Joinville-le-Pont,dans le Val-de-Marne, en France et dans le Monde.

Publié le par candidus.
Publié dans : #Spectacles

img032.jpg« T’emballe pas ! »     c’ est l’intitulé d’une pièce de théâtre qui sera présentée  Scène Prévert à Joinville-le-Pont Vendredi 2 décembre 2011 à 20 h 30  au profit du Téléthon  et samedi 3 décembre 2011 à 15 h 00 au profit de l’association joinvillaise SARA (Service Autisme relais Assistance ) . Ces représentations sont organisées par la Ville, sous le parrainage du Lion’ club de Joinville-le-Pont avec la troupe de joyeux lurons « Les Utopistes »

Comédie d’après Christian Rossignol

Mise en scène : Seghir Mohammedi.                                                 

 

                                                          Résumé

 

  Aglaé de Saint-Alban, chef d’entreprise industrielle proche de la faillite,  habite le château médiéval de ses ancêtres en compagnie de sa mère Roseline, complètement sourde et toquée de pêche à la ligne, de sa sœur Sidonie, bigote impénitente, et de leur servante Agave.

  On attend fébrilement au château, la visite d’un gros client bavarois : Wilfried Mayerbaum, pour un important contrat propre à sauver l’entreprise.

   Mais voila que surgissent deux prétendus amateurs d’architecture médiévale, faux touristes, mais authentiques cambrioleurs venus en repérage. Dans la confusion ils réussissent à se faire passer pour Mayerbaum et son secrétaire.

  Quand arrive le vrai Mayerbaum, flanqué de Gertrude, sa pittoresque garde du corps, on apprend que le véritable but de sa visite n’a rien de commercial. Il vient identifier la belle châtelaine qui lui adresse, via Internet, des messages d’un érotisme brûlant sous le pseudonyme de « Pulpeuse Panthère », et dont il est tombé follement amoureux ; il ne signera le contrat commercial salvateur, qu’après l’avoir démasquée. Laquelle des belles dames du château est donc la « Pulpeuse Panthère » que Mayerbaum veut épouser ?...

 

 

Distribution

 

 

               Aglaë de Saint-Alban      :  Michèle  Wimel

 

      Roseline de Saint-Alban :  François  Knybuhler

 

      Sidonie de Saint-Alban   :  Anne-Marie  Duley

 

      Agave                              :  Andréa Seguin

 

      Ernest Michandiot           :  Jacques Cuchet

 

      Popo                                :  Pierre  Derible

 

      Wilfried Mayerbaum       :  André Frogé

 

      Gertrude                          :  Jean Doret

 

Décors

 

Jean Doret  - Jean-Jacques Wimel

 

Régie

 

Jean-Jacques Wimel

 

 

 

 Créée par un groupe d’amis passionnés de thèatre, la Troupe des   Utopistes présente une nouvelle pièce chaque année. Elle se produit bénévolement tant à Paris qu’en province au profit d’associations caritatives et autres organismes d’intérêt public.

 

 

Scène Prévert

23 rue de Paris.

94340 Joinville-le-Pont

Tarifs : 10 euros ( adultes) et 5 euros ( de 12 à 18 ans )

Renseignements et réservations : 01 43 97 46 90.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Politique

En réponse aux railleries incessantes lancées par la gauche en direction du Président de la République ( et de la droite républicaine en général), je rappellerai simplement que Nicolas Sarkozy a su avec courage mobiliser l’ensemble des acteurs européens et mondiaux pour donner une réponse sérieuse et solide aux attaques  des responsables de la crise c'est-à-dire en direction des acteurs financiers, les spéculateurs .Sans cet engagement nous serions probablement en faillite, au même niveau que l’Italie, l’Espagne ou le Portugal.......

Par ailleurs,le Président de la République a réussi à réformer le pays au service de tous les français, il a pris ses responsabilités  pour assurer l’avenir de la France et, celui de nos enfants. C'est tout à son honneur.

Alors, je n’ose même pas  penser ce que serait devenu notre pays si la gauche avait gagné les élections en 2007….et,je n’ose à peine penser ce que notre pays gagnerait à faire confiance au rêveur socialiste François Hollande en 2012 …..si ce n’est une augmentation des finances publiques ( 255 milliards de dépenses nouvelles dans le programme du PS) ; une régularisation massive des sans-papiers, le démantèlement de la loi sur les retraites,  le vote aux élections locales des étrangers extracommunautaires, le retour à l’assistanat ( si tant est que nous l’ayons quitté) , des promesses en veux tu en voilà,   et je ne parle pas du chaos qu’engendrerait le mariage des socialistes avec les tenants de « l’écologie punitive » que sont les Verts d’Europe Ecologie qui n’hésitent pas déjà,  à brader notre indépendance énergétique pour quelques sièges à l’assemblée nationale.

La fermeture de centrales nucléaires conduirait obligatoirement à un gigantesque plan social et à une augmentation substantielle de la facture d’électricité des français.

 

Dieu merci, je ne sais pas encore pourquoi,  mais j’ai du mal à m’imaginer M. Hollande au second tour des élections présidentielles, contrairement à l’ensemble des médias,  des sondeurs patentés , et de ses amis politiques, hier ses ennemis .

Le programme des socialistes est une illusion, les français le diront dès le premier tour le 22 Avril prochain.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Vie Locale

Conseil municipal mardi 29 novembre 2011 à 20 H 30 en Mairie.sous la Présidence du Député-Maire M. Olivier Dosne.

26 points seront abordés à l’ordre du jour avant que l’opposition ne pose comme à son habitude ses questions partisanes.

Entrée libre

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Vie Locale

Logo-prevention-routiere.jpgSanté, réglementation, véhicules, infrastructures……En matière de sécurité routière tout change, tout évolue. Une réalité qui ne doit pas nous échapper, et nous invite à nous remettre en question.

Si aujourd’hui, on n’est pas « vieux » à 70 ans, il est essentiel de garder à l’esprit que la conduite d’une

automobile exige de bonnes capacités physiologiques et cognitives. Or, c’est un fait, celles-ci diminuent avec les années et ce, dès 45 ans.

 

Dans un souci d’informer, de prévenir afin d’aider à réduire le nombre des accidents, le Centre d’action communal (CCAS) de Joinville-le-Pont en partenariat avec le comité départemental  du Val-de-Marne de l’Association Prévention Routière organise une conférence-débat avec projection de petits films en direction des «  adolescents du 3ème âge »  sur le thème : Les seniors au volant.

 

Cette manifestation aura lieu vendredi 25 novembre à 14 h 30 à l’Hôtel de Ville (salle des mariages).et sera animée par M Jean-Pierre Dessert, Président départemental en présence de M.Laurent Gouin directeur départemental de l’association Prévention Routière.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

 

Le PLF 2012:(Projet loi des Finances)  mission anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation.

 

Avec l'autorisation de M. Christian Vanneste Député UMP du Nord et Conseiller Municipal de Tourcoing

 

 

Lors de l’examen des crédits de la mission « Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation », plusieurs amendements ont été adoptés et plusieurs engagements ont été pris. Ils permettent, malgré des contraintes budgétaires particulièrement drastiques, plusieurs avancées.

 La revalorisation de quatre points de la retraite du combattant au 1er juillet 2012 pour atteindre 48 points d’indice a été confirmée, de sorte que l’ensemble des anciens combattants puisse bénéficier de cette revalorisation dans le courant de l’année 2012, conformément aux engagements pris par le Président de la République et la majorité. Depuis 2006, la retraite du combattant aura été revalorisée de 15 points, passant ainsi de 462 à 665 euros environ (+ 42,38 %), alors même qu’elle n’avait fait l’objet d’aucune augmentation depuis 1978.

 Le secrétaire d’État aux anciens combattants a pris l’engagement que soit porté à 869 euros le plafond de l’allocation différentielle au profit des veuves d’anciens combattants les plus démunies.

 Afin de venir en aide aux conjoints survivants des très grands invalides de guerre, le supplément de pension de 360 points institué l’an dernier au profit des conjoints des invalides dont le taux de pension était de 12 000 points sera élargi à partir de 11 000 points.

 Enfin, le secrétaire d’État s’est engagé à ce que soit créée une croix du combattant volontaire pour les réservistes opérationnels qui ont participé à des opérations extérieures.

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Histoire.

                                                        Le  Monument aux Morts de 14-18 

 

 

La guerre de 14-18 avait frappé vite et massivement : 8.500.000 hommes tués au combat pour l’espace occidental (y compris la Russie) ! La France avait payé un lourd tribut avec ses 1.459.000 morts. 

Lorsqu’en 1919 le gouvernement autorisa le rapatriement des corps des 700.000 soldats identifiés, seuls 240.000 revinrent au pays. 

Un fils d’Aurillac, Paul DOUMER, futur 13ème Président de la République, dont le fils avait péri dans la tuerie, demandait inlassablement de laisser ensemble ceux qui avaient souffert : « Laissons les dormir côte à côte au champs d’honneur, qu’importe leur lieu de sépulture, la vraie tombe est dans nos cœurs ». 

Alors la France se couvrit de monuments aux Morts devant lesquels devaient se recueillir à chaque manifestation patriotique, le maire avec son conseil municipal, les anciens combattants ainsi que les parents des disparus. 

36.000  communes érigèrent 36.000 monuments sauf une douzaine qui n’avaient pas un seul mort à déplorer.  

Les noms de nos morts devaient figurer sur ces monuments mais  également sur les plaques des paroisses, des entreprises et des écoles. En tout près de 150.000 inaugurations entre 1921 et 1930

 

 

   Pour les architectes, les marbriers, les entreprises de pompes funèbres et les fondeurs, ces monuments représentaient le marché du siècle. 

 

 

Le conseil municipal  de Joinville avait un délicat problème à résoudre : quel type de monument fallait-il élever ?..... Il aurait fallu pouvoir assister aux discussions passionnées où les vieilles querelles politiques et religieuses resurgissaient............ 

Impossible d’exalter la mort des poilus, fut-elle héroïque. Il fallait représenter un poilu debout, mais dans quelle attitude ?... Ou encore une femme vêtue d’un péplum grec. Mais quelle femme ? la Patrie ou l’épouse ? 

C’est finalement  une femme vêtue d’un péplum qui fut choisie par le conseil municipal    de      Joinville. monument-aux-morts-joinville.jpg

      Photo :Le monument aux morts ,hier .(collection René Dennilauler)

 

Ce monument fut inauguré en 1926 par le maire Henri Vel-Durand. Il fut baptisé « Au Poilu de Vincennes » car le « Camp de St Maur » (camp de 2.000 militaires, dépendant de l’Ecole Normale Militaire de Gymnastique et d’Escrime de Joinville, situé à l’emplacement de l’INSEP actuel) faisait encore partie du territoire de notre commune. 

Sur ce monument furent apposées deux plaques avec les noms des 367 Joinvillais morts pour la France. 

367 morts pour une population de 8.000 habitants (environ

 

Ce monument permet aux Joinvillais de se souvenir et d’honorer en plus des morts, les «  Gueules cassées », les « Ailes Brisées » les invalides, les mutilés, les « gazés », les familles qui avaient perdu un père, un ou plusieurs fils, les veuves et les « veuves blanches »….  

 

René Dennilauler.Ceremonies-11-11-2011-037.jpg

Photo ; Le monument aux morts aujourd'hui .

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Vie Locale

img031-copie-1.jpgLe Lions club de Joinville-le-Pont est fier de parrainer une pièce de théâtre  «  T’emballe pas ! », une comédie qui se jouera sur la scène Prévert par « Les utopistes »  vendredi 2 décembre à 20 h 30 au profit du Téléthon et samedi 3 décembre à 15 heures au profit de l’association joinvillaise « SARA » (Service Autisme Relais Assistance)  

Le Lions Club international est un club « service », c’est à dire une association d’hommes et de femmes libres, responsables, unis par l’amitié et le désir de servir.

C’est le plus important et le plus actif club service au monde avec 1 350 000 membres répartis dans plus de 201 pays.

La motivation des membres peut se résumer par cette phrase du fondateur du Lions club international, Melvin Jones : 

« on ne peut aller bien loin dans la vie si l’on ne commence pas par faire quelque chose pour quelqu’un d’autre ».

 

C’est  dans cette optique que le Lions club a créé le Téléthon.

 

Renseignements et réservations au 01 43 97 46 90.

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #actualité

Du 15 novembre 2011  jusqu’à la fin du mois de  mars 2012, la ville, avec le CCAS (centre communal d’action sociale) met à disposition des sans-abris le gymnase Lecuirot en complément des places existantes dans le département du Val-de-Marne.

Les plus démunis sont accueillis, nourris et logés par une équipe formée, à l’écoute, composée pour l’essentiel de bénévoles.

Parallèlement, des maraudes sont effectuées régulièrement auprès des SDF de la ville afin si besoin est, de leur porter secours.

Contrairement à ce qu’affirme avec indécence l’opposition municipale et plus particulièrement la gauche socialiste et moraliste , la municipalité UMP de Joinville n’est pas insensible au sort des plus démunis, à ce phénomène social complexe à gérer qui dépasse largement le cadre limité et le responsabilité des collectivités locales.

On sait très bien en effet, par exemple ;  des spécialistes se sont déjà penchés sur le sujet ; que la seule question du logement est loin d’être la seule cause et la seule réponse aux problèmes des sans-abris. Le jour où ceux qui font de ce sujet un fonds de commerce électoraliste accueilleront en leur domicile (ils ont bien une chambre de libre) un SDF et qu’ils s’en occuperont, alors là, et seulement là, ils pourront parler et critiquer. On est serein, Ce n’est  pas pour demain la veille.

 

Notre Député-Maire (eh oui Notre) M. Olivier Dosne, l’a précisé sur son blog,( voir Blogs et sites amis) «  l’aide aux plus démunis est une nécessité et une réalité à Joinville »

 

En 2011, 102 000 euros ont été versés à des associations d’actions sociales et une subvention de 426 000 euros a été attribuée au CCAS, en augmentation de 11 % cette année.

Cela, l’opposition le sait,  mais se garde bien d’en parler.

 

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Histoire.

Baptême  des voies publiques  

 

img027.jpgCette Première Grande Guerre  Mondiale  fut une  victoire pour les Alliés. Aussi  fallait-il  porter des témoignages pour  honorer les vainqueurs afin que les générations suivantes s’en souviennent. 

Ainsi de nombreuses rues et  places de France changèrent de nom. 

Joinville le Pont ne fut pas la dernière à honorer les vainqueurs. 

grâce à son Maire Achille Ernest MERMET. Elu en 1912 à la suite d’Eugène VOISIN, malade, il restera le Maire de cette guerre jusqu’en 1919. 

Dès le 2 Mai 1916, il fit voter par son Conseil Municipal le nom du  nouveau pont (1910) qui reliait St Maur à Joinville et à Champigny: «Pont du Roi des Belges, Albert 1er». Le Roi des Belges ayant rejeté  l’ultimatum du Kaiser Guillaume II , décréta immédiatement la mobilisation générale afin de ne pas laisser passer les troupes allemandes. Malgré cela  la Belgique fut  envahie par les troupes du Kaiser dés le 3 août 1914 . 

 

Le 26 Septembre 1916 la Route de la Brie prend le nom d’avenue du Général  Joseph Gallieni, décédé le 27 Mai 1916. C’était lui qui avait monté le transport des troupes par les taxis parisiens pour la bataille de la Marne. Or la Route de la Brie allait justement vers la «Marne»,  malheureusement les «Taxis de la Marne» n’empruntèrent pas (tous NDLR) le Pont de Joinville…. 

Pour éterniser le souvenir de l’horrible bataille de Verdun, l’ancien carrefour de Polangis fut baptisé Place de Verdun, ce 31 Octobre 1916. 

Le  24 Juillet 1918 pour honorer le dévouement du personnel médical de l’hôpital militaire Canadien, la rue (route) des Corbeaux prend solennellement le nom d’avenue des Canadiens (l’actuelle N4).  

Ce n’est que 73 ans plus tard que le quartier des réservoirs prit les noms de Place des Canadiens, rue Halifax et square Québec. 

Tous les soldats décédés dans l’Hôpital Canadien  furent transférés dans des cimiers de regroupement.  

Au départ du Colonel BEAUCHAMP, le Conseil Municipal du 18 Septembre 1918 décida d’ouvrir le cimetière communal aux blessés canadiens qui décéderaient ensuite à l’hôpital. Ainsi 13 “Canadiens” reposent dans notre cimetière dans le “carré des canadiens” (13ème division) : 

 

Enfin, peu avant l’armistice, le 18 septembre 1918, le Conseil Municipal décide de créer dans le cimetière communal, le Carré des Combattants morts pour la France:  54  français ,7  anglais ,5  australiens  et 2  canadiens, BEAUDOIN et BELISLE, , tous deux infirmiers de l’Hôpital Canadien et victimes de la grippe espagnole. 

 

Dans la foulée il fallait honorer également  le Président Wilson des Etats Unis qui avait établi les grandes lignes du Traité de Versailles (qui sera le prétexte de la Seconde Guerre mondiale!) 

 

Henri VEL-DURAND, maire de Joinville à partir de 1919, baptisa  la première partie  de la route de Paris  qui longeait le Bois Bénard (Bois Cabi) ,  entre le pont du Chemin de fer jusqu’à la gare de Joinville: Avenue Jean Jaurès en  hommage à ce dirigeant  socialiste, un pacifiste qui préconisait un rapprochement de la France avec l’Allemagne, assassiné le 30 Juillet 1914.   

 

La rue des Cliquettes deviendra la rue Emile Moutier en 1922 en l’honneur de ce jeune Lieutenant de 25 ans, mort pour la France. 

 

C’ est  le maire  Vel-Durand  qui inaugurera  le Monument aux Morts de 14-18 en 1926. 

 

A cette époque l’entrée du cimetière s’effectuait par la rue du Cimetière donnant sur l’avenue Gallieni. De nos jours l’entrée est sur la rue des familles. La rue du cimetière devint la   Rue du 11 Novembre 1918. 

 

Enfin, peu avant l’armistice, le 18 septembre 1918, le Conseil Municipal décide de créer dans le cimetière communal, le Carré des Combattants morts pour la France 

 

Enfin, après les funérailles nationales du Maréchal Foch, l’avenue du Château prit le nom d’avenue Foch, fin Mars 1929. 

 

Bien plus tard,  la rue  Marie-Louise (Polangis) prit le nom d’Etienne PEGON, un ancien Combattant, mutilé, bien connu des Polangeois.

 

La Société des Mutilés, Anciens Combattants,  Réformés et Veuves de Guerre  fut fondée en 1918 par quelques mutilés à Joinville le Pont. Son siège était au N°14 de la place de  Verdun. Cette association  avait pour but de  de défendre et de faire valoir  les droits acquis au prix de leur sang versé  sur les champs de bataille. 

Grâce au dévouement et à l’activité  de son Président Gabriel BUREAU et de son Secrétaire Général Etienne PEGON , deux martyrs  de leurs atroces blessures, la Société prit un essor considérable  surtout quand elle groupa en 1928 les Anciens Combattants  titulaires de la Carte et les «Victimes de guerre». (à suivre)

René Dennilauler.

Voir les commentaires

Publié le par candidus.
Publié dans : #Histoire.

               La Grande Guerre de 1914-18  4ème épisode

Avec René Dennilauler ……

 

- Les Années de guerre Taxis-de-la-marne.jpg

 

Le 7 septembre 1914, les joinvillais ont pu voir le défilé sur le pont de Joinville des quelques 700 taxis parisiens dits «  taxis de la marne » réquisitionnés pour acheminer les troupes depuis Paris, aux alentours de Nanteuil-le-Haudouin, d’où nos soldats partaient pour le front.

 

La population ne souffrait pas trop des rationnements car les fermes de la Faisanderie, du Tremblay et des maraîchers subvenaient suffisamment aux besoins des 8.000 Joinvillais 

Les chevaux avaient été réquisitionnés par l’armée. 

Notre Ecole Normale de Gymnastique ferma immédiatement lors de la mobilisation générale, pour rouvrir en 1916 car le Front avait besoin de cadres entraînés. 

Les usines continuèrent à tourner, grâce aux femmes qui avaient remplacé les hommes partis au Front. 

Beaucoup d’entre elles travaillaient à la Cartoucherie du Bois. 

 

Mais les journées des Joinvillais étaient surtout  rythmées par l’arrivée des journaux de   Paris   dont les articles perdaient lentement leur optimisme avec cette affreuse guerre des tranchées. 

Les mères et les épouses lisaient avec anxiété les combats de la Somme des Ardennes, de Verdun, de la Marne. Documents-presse-1916-006.jpg

 

De temps à autre, une carte ou une lettre venait du Front. 

Deux cinémas à Joinville «Eden» et « l’Etoile Polaire » ,et sûrement  d’autres ?) Projetaient des courts reportages: Les Actualités Pathé, Pathé Journal, Gaumont Journal, Eclair et Eclipse, sous  la censure des Militaires qui utilisaient ces films comme moyens de propagande pour les français mais aussi contre l’ennemi!. 

 

Les bombardements de Paris par la “Grosse Bertha”,  les bombes des avions allemands (22 morts et 76  blessés en banlieue parisienne), en février 1918 et les combats aériens (à Chelles)  obligèrent les Joinvillais de trouver un refuge dans  le tunnel du canal. Du coup celui-ci fut éclairé à l’électricité en 1918. img026.jpg

 

 

Mais c’était la cloche de l’Eglise St Charles  qui figeait toute activité à Joinville. Chaque fois elle annonçait la mort d’un de nos combattants, un mari, un père, un frère, un fils. 

Cette cloche au son  lugubre sonna 367 fois……en quatre ans.. 

 

Le maréchal des logis François VERDIER (31 ans)  fut le premier Joinvillais tombé au Champs d’honneur à   Marcilly, le 8 Septembre 1914. 

C’est le 28 Juillet 1916 qu’est tombé à  Belloy Santerre le Lieutenant Emile MOUTI ER  (25 ans)  du 272éme Régiment d’infanterie. 

La rue des cliquettes portera son nom  à la suite d’une décision du Conseil Municipal du 15 Janvier 1922. 

 

 

- Les Jetons de Nécessité 

 

Au cours de cette Grande Guerre, tous les ustensiles ménagers, les outils et les objets d’art en cuivre, en laiton ou en bronze ont été  réquisitionnés par les autorités militaires pour la fabrication d’obus et de cartouches. A cette époque, le cuivre nous venait d’Afrique, du Cameroun allemand…. 

A Joinville  les pièces de monnaie étaient devenues très rares, car elles étaient en bronze. 

La population ainsi que les commerçants éprouvaient de grandes difficultés pour faire l'appoint ou pour rendre la monnaie lors des achats quotidiens. 

Des scènes épiques se produisirent au guichet de la gare pour le paiement des trajets en chemin de fer de la Bastille. 

A un tel point que de nombreuses villes françaises frappèrent monnaie et plus particulièrement des pièces de 5, 10, 25, 40 et 50 centimes et même des jetons de 1, 2 et 3 francs. Ces pièces en aluminium dites de «nécessité» étaient éditées non pas par les municipalités mais par des chambres de commerce, des groupements de commerçants, des cafetiers, des régiments et même des particuliers. 

Nous connaissons six éditeurs de pièces de monnaie à Joinville: le Groupement des commerçants, Industriels et Habitants, Bel Air (?), le bureau de chômage, le Mess des sous-officiers de l'Ecole de Joinville, Landier (?) et la Société Coopérative. ( à suivre )

 René Dennilauler.

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog